Le directeur Général de la SPA de PARIS remet en cause la gestion de sa présidente Natacha Harry !

JoelPain

 

Si vous suivez l’actualité de la protection animale, vous savez sûrement que nous nous battons depuis 4 ans, non pas contre la SPA de Paris, mais contre les pratiques de sa dirigeante Natacha Harry. Depuis longtemps nous demandons sa démission pour les raisons que vous trouverez dans les articles ci- dessous :

Pour que la SPA arrête d’acheter du Natacha par ci et du Natacha par là ! (2014)

Les lettres d’Alain Lambert à Natacha Harry (2015/2016/2017)

La Maison SPA de Valence, un flop à 700 000 EUROS ! (2018)

Notre combat vient de trouver un allié inattendu, rien moins que Joël Pain, le Directeur Général de la SPA qui confirme ce que nous avons dit à Natacha Harry en écrivant ce texte aux administrateurs de l’association pour les prévenir des dysfonctionnements graves qu’il a constaté :

« Bonjour,

 Je vous écris afin de vous faire part des graves difficultés que je rencontre dans l’exercice de mes fonctions de Directeur Général de la SPA et afin d’exercer mon devoir d’alerte, alerte que je tente en vain de faire valoir depuis de nombreux mois.

 1)      Le contexte

J’ai rejoint la SPA le 3 octobre 2016 afin d’y mener la tâche de redressement qu’imposaient notamment :

–          les conclusions toujours fortement négatives de la Cour des Comptes

–          les errances de gestion caractérisées par des décisions inadaptées :

–          choix d’un système informatique défaillant,

–          sélection d’un opérateur de téléphonie et internet inadapté aux particularités de la SPA et entravant le fonctionnement des refuges au quotidien,

–           incapacité à mener à bien le plan d’investissement,

–           recrutements inopportuns,

–            politique RH traduite une rotation excessive des effectifs et un climat social dégradé…

J’ai découvert que la situation était encore pire qu’annoncée : la présidente m’avait présenté une situation financière florissante, en réalité erronée comme l’a démontré l’abyssal niveau de pertes constatées au titre de l’exercice 2016 une fois la lumière enfin faite sur la réalité de la gestion.

J’ai dû travailler sur tous les fronts :

–          le plan d’investissement en déshérence car inadapté,

–          les systèmes d’informations défaillants,

–          une organisation RH peu adaptée et des compétences mal affectées …

Il a fallu aussi tirer les conclusions qui s’imposaient concernant l’origine des pertes financière de la SPA : de graves carences de gestion et de contrôle doublées par des choix d’investissement contestables… dans cette dernière catégorie, je citerai l’exemple des Maisons SPA voulues par la Présidente, investissement qui génère à lui seul 3,5 M€ de pertes annuelles récurrentes, sans aucune retombée en retour…

J’ai également dû faire face à la dérive des dépenses de communication (catégorie dans laquelle les dites Maisons SPA pourraient d’ailleurs être rangées mais qui ont délibérément été laissées à part afin de ne pas alourdir un poste déjà pointé par la Cour des Comptes), dont le montant est élevé (près de 2 M€ par an) pour un intérêt qui n’est pas démontré. Désireux d’approfondir ce sujet afin d’y remédier, j’ai alors compris que la communication était le principal critère de décision de Mme Harry, que toutes les décisions étaient pensées en terme de communication, ce que j’ai trouvé peu rationnel et non conforme à l’intérêt de la structure.

 C’est à ce moment là que je vous ai proposé un plan d’économie, que vous avez accepté, ce qui a permis de freiner un certain nombre de dépenses envisagées ou amorcées (Maisons SPA de Toulouse, Paris, Lyon…) et d’en stopper d’autres (Maison SPA de Valence, refuge des chiens difficiles…). Des fermetures de sites ont hélas dû être également décidées (Valdencourt, Guyane…) mais ce afin de pouvoir redéployer nos moyens aux endroits où la mission de la SPA serait susceptible d’être menée au mieux de l’intérêt des animaux et des donateurs. Il a aussi fallu rationaliser la gestion et demander des efforts à chacun, ce qui a été difficile et très mal vécu par les salariés dont beaucoup sont très faiblement rémunérés.

 Le résultat a été probant puisque nous pouvons espérer un retour à l’équilibre dès cette année, ce qui était loin d’être anticipé comme le démontre le déficit prévisionnel budgété au titre de 2017. Outre quelques bonnes surprises relatives à l’activité des legs et de la collecte, qui démontrent que la SPA conserve sa bonne image historique en dépit des turpitudes traversées, le fait que nous ayons agi avec vigueur sur les postes de dépenses sur lesquels nous pouvions agir a porté ses fruits, ce qui n’a toutefois été rendu possible que par le courage et la coopération de tous les collaborateurs, que nous pouvons remercier et qui peuvent être fiers de leur implication.

 2)      Devoir d’alerte concernant une prestation injustifiée

 Mais l’objectif de mon message n’est pas de faire un bilan d’activité. Cette introduction a uniquement pour but de faire un point sur le chemin parcouru dans un contexte difficile.L’objet de mon message est de vous informer que ma mission a atteint un point de blocage. En effet, j’ai été amené à observer ce que je pense être de graves dysfonctionnements, que je ne suis pas arrivé à faire cesser et que je me dois aujourd’hui de porter à votre connaissance. J’ai en effet épuisé les voies normales d’information et d’alerte, sans aucun résultat, bien au contraire, je suis donc contraint d’en appeler à votre responsabilité, l’avenir de la SPA étant en danger.

Après avoir travaillé avec la Présidente pendant plusieurs mois en bonne intelligence et dans un sentiment d’efficacité, voire de complicité, les choses ont changé. Elles ont changé lorsque j’ai commencé à vouloir traiter de sujets qui se sont révélés être une « chasse gardée ». Dans le cadre de mes démarches de réduction des coûts du fait des importantes pertes financières de la SPA je me suis ému du montant élevé des dépenses de communication dont l’efficacité n’était pas mesurée et dont les retombées me semblaient discutables. Ainsi, par exemple, j’ai estimé qu’investir dans de l’achat d’espace publicitaire (affichage) pour les porte-ouvertes dans des zones géographiques où la SPA n’exploite aucun refuge ne présentait aucun intérêt. Je me suis alors entendu répondre que les sujets de communication étaient hors de mon champ d’attribution, ce qui m’a paru peu compatible avec le rôle de Directeur Général de plein exercice que j’entendais jouer.

Mais le plus grave n’est pas là. Le plus grave se situe sur un terrain plus subtil car moins visible, mais nettement plus dangereux pour la SPA. Dès mon arrivée à la SPA, j’ai découvert l’existence d’une prestataire externe que l’on m’a présentée comme travaillant sur la « communication de crise ». J’ai demandé de quelles crises il pouvait s’agir, et on m’a répondu qu’il s’agissait des crises menaçant l’image de la Présidente. Cette dernière venait d’être prise dans une polémique largement médiatisée suite à un article du Parisien à l’été 2016, aussi ai-je compris qu’en effet il y avait eu une crise, mais qu’elle concernait en réalité bien plus la présidente à titre personnel que la SPA : l’article en question pointait justement des dépenses élevées relatives à l’agence Image 7, qui étaient identifiées comme relatives à la Présidente et à un « travail sur son image ».

J’ai été surpris de l’existence de cette prestation dont je ne comprenais pas l’intérêt. J’ai déjà travaillé avec des personnes autrement plus exposées que la Présidente de la SPA et j’ai pu constater qu’à chaque fois que ces personnes pouvaient être attaquées, elles se défendaient sur leurs deniers personnelspas avec les finances de l’association qu’elles présidaient. Par ailleurs, mes interrogations ont été renforcées par le fait que travaillaient déjà pour la SPA comme salariées deux collaboratrices dédiées l’une à la Communication et au Marketing, Géraldine Barral, et l’autre aux Relations Presse, Muriel Chrisostome, recrutée précisément pour son expertise et son expérience en matière de … communication de crise.

J’ai compris dans la foulée de quoi il retournait. Mme Chrisostome travaillait sur la communication de crise pouvant concerner la SPA, tandis que la prestataire, Anne Salomon, travaillait sur les sujets concernant la Présidente. Elle a ainsi été mobilisée sur les sujets relatifs à la Cour des Comptes, dont le pré-rapport avait été reçu quelques semaines après mon arrivée. Je ne comprenais pas l’intérêt de son intervention dans la mesure où Mme Salomon ne connait rien à la gestion, rien aux sujets évoqués par la Cour et rien non plus à la SPA, n’ayant de son propre aveu jamais mis les pieds dans un refuge. La Présidente a toutefois estimé que l’intervention de cette personne était indispensable dans ce contexte, et que tout mot écrit au nom de la SPA devrait être au préalable validé par elle. Elle a ainsi passé du temps à relire les réponses que je proposais, le tout avec une valeur ajoutée que je qualifierai sans hésitation d’inexistante.

Je me suis interrogé sur le cadre contractuel de la relation, et j’ai alors découvert que le « travail » de Mme Salomon s’exerçait dans le cadre d’un forfait confortable qui lui garantissait 8400 € de revenus mensuels quel que soit son volume d’activité. Il semblait décent de penser que cette somme aurait dû être destinée à couvrir les travaux de toute nature réalisés pour le compte de la SPA, mais en réalité il n’en était rien puisque une facturation complémentaire a été adressée en mars 2017 au titre des travaux relatifs à la Cour des Comptes, pour un montant de 5400 €, qui venaient donc s’ajouter aux 8400 € de facturation du même mois.

J’ai donc commencé à avoir des doutes sérieux sur le bien-fondé de la prestation et sur sa réalité :

Sur le bien-fondé : considérer que toute forme de communication relève de la compétence d’une prestataire externe de la communication de crise m’est apparu quelque peu excessif. J’ai demandé son avis à la Directrice de la communication, qui avalise le paiement des factures de la prestataire, et celle-ci m’a répondu que Anne Salomon lui était « indispensable pour relire les communiqués de presse »… je lui ai alors dit que compte tenu de son grade de Directeur et de son salaire le plus élevé de la structure après celui du DG (et donc supérieur à celui du DGA), il me paraitrait logique qu’elle assure ce rôle elle-même, faute de quoi l’intérêt même de sa présence à elle pouvait être mis en cause. J’en ai conclu que la « prestation » payée par la SPA à la demande de la Présidente et avec la bénédiction de la Directrice de Communication ne présentait aucun intérêt pour la SPA, qu’il s’agissait donc d’une dépense à coupera fortiori dans un contexte de lourdes pertes financières et à un moment où nous prenions la décision de geler les salaires de tout le monde, y compris de ceux qui ne gagnent que le SMIC !

Sur la réalité de la prestation : si prestation il y a, nous venons de voir qu’elle ne sert pas les intérêts de la SPA. De quoi s’agit-il alors ? est-ce un travail sur l’image personnelle de la Présidente comme l’évoque le Parisien ? est-ce que la Présidente utilise les services de Mme Salomon pour se faire conseiller dans sa propre communication ? cela pouvait sembler surprenant de la part de quelqu’un qui estime être la seule habilitée à traiter des sujets de communication, tous les autres, DG compris, étant, selon ses propres termes, incompétents en la matière, tellement incompétents qu’il est inenvisageable qu’ils s’adressent à la presse ne fut ce qu’occasionnellement… il est dès lors tentant de voir dans cette prestation un choix discrétionnaire : Mme Harry est une femme de communication, ses revenus reposent sur son image personnelle, qui est son fonds de commerce. Ainsi, plus elle investit sur son image, plus sa « valeur » augmente. Le doublement des dépenses de communication de la SPA, portées à 2 M€ par an, n’est alors ni un hasard ni le fruit d’une réflexion stratégique. Pour preuve, et ce commentaire émane de la Cour des Comptes elle-même, « lorsque les dépenses de communication de la SPA augmentent de 80%, la collecte n’augmente quant à elle que de 41% », traduisant une préoccupante baisse de l’efficacité de la collecte. Mais ce constat de la Cour des Comptes ne pose aucun problème à Mme Harry, qui considère comme normal d’envoyer des centaines de milliers de courriers, d’imprimés et autres journaux tant que cela lui permet de communiquer en son nom et d’apposer sa photographie sur tous les documents, dans un culte de la personnalité inapproprié et sans rapport avec la cause défendue : la protection des animaux. Le déroulement de cette stratégie suppose toutefois de s’assurer que rien de négatif ne vient entacher la précieuse image, et c’est là qu’intervient de nouveau Mme Salomon. A défaut d’apporter une prestation concrète, du moins à ma connaissance, la présence de Mme Salomon a le mérite de rassurer la présidente, de lui rappeler aussi souvent que nécessaire à quel point la préservation de son image est primordiale et justifie les investissements les plus couteux. En conclusion, si prestation il y a, elle est bel et bien au service quasi exclusif des intérêts de la Présidente, en aucun cas de celui de la SPA. Cette prestation existe depuis décembre 2013Cela signifie en clair que, quelques mois après avoir été élue, Mme Harry a considéré comme indispensable à son nouveau rôle de Présidente de s’assurer les services d’une officine connue pour être la plus couteuse de la place en matière de communication, Image 7 étant l’agence des riches, des célèbres et des puissants.

Mais est ce que tout cela justifiait les 450.000 € payés à date par la SPA à Mme Salomon, que ce soit via sa société C120 ou par le biais d’un contrat de sous-traitance avec la société Image 7, dont Mme Salomon est une ex-salariée ? Que la SPA soit primordiale pour Mme Salomon, cela ne fait aucun doute. Percevoir 8400 € par mois pour passer quelques heures à relire quelques communiqués de presse mensuels et à passer quelques coups de fils à des journalistes pour leur demander de ne pas avoir la dent trop dure contre Mme Harry, est en effet assez confortable ! Soit la SPA est son seul client et dans ce cas Mme Salomon a beaucoup de temps libre, soit la SPA est un des clients de Mme Salomon et son compte de résultat est suffisamment opulent pour justifier qu’elle n’ose pas publier ses comptes, ce qui pourrait amener la SPA a lui demander de pratiquer un tarif associatif…

3)      Des faits d’une gravité croissante

Il me parait important d’évoquer un épisode concret très évocateur de tout cela et qui constitue le point de départ de mon action.

 

Le 26.4.17 nous sommes contactés par un journaliste du Canard Enchainé, Thierry Lévèque, qui veut interroger Mme Harry suite à la publication du rapport de la Cour des Comptes. Pour une fois, étrangement, la Présidente ne veut pas être en première ligne et me demande de recevoir le journaliste. Il ne faut y voir ni une preuve de confiance ni un blanc-seing de communication mais plutôt une forte peur vis-à-vis de ce qui va être demandé, puis publié. Je fais alors l’objet d’un briefing très précis sur ce que je dois dire, et d’une mise sous surveillance rapprochée puisque Mme Harry demande à Mme Salomon de participer à l’entrevue avec le journaliste, ce que Mme Salomon accepte de bonne grâce, sachant qu’elle ne pourra en aucun se présenter comme Anne Salomon, intervenante d’Image 7. Elle sait pertinemment que le sujet Image 7 est un sujet potentiellement explosif, qu’il s’agit d’un des motifs de l’entretien voulu par le Canard Enchainé, et qu’elle ne peut par conséquent participer à découvert. Et c’est ce qui se passera. La responsable des Relations Presse, Muriel Chrisostome est également présente, et Anne Salomon se fait passer pour une collaboratrice de la SPA, endossant de facto une fausse identité et une fausse fonction. Divers sujet sont traités et, à un moment donné, le journaliste demandera clairement si la SPA continue à recourir aux services d’Image 7 : nous sommes alors contraints de répondre « non » pour éviter un nouveau scandale relatif aux libertés que prend Mme Harry avec les finances de la SPA lorsqu’il s’agit de son image de sa communication…

A l’issue de cette épisode j’ai considéré que nous faisions face à un réel problème et que mon éthique personnelle était mise en jeu. L’intégralité de mon parcours professionnel est encadré par des principes auxquels je n’ai jamais dérogé et auquel je ne dérogerai pour personne et pour aucune raison. L’honnêteté, la rectitude, le respect de la loi et l’équité sont pour moi des vertus cardinales, qui prévalent sur toutes autres considérations. Je l’avais dit à Mme Harry à mon arrivée lorsqu’elle évoquait les comportements douteux de certains, je suis parfois rigide, souvent intransigeant et toujours exigeant, mais j’ai mon indépendance d’esprit, une haute conception de la loyauté et de mes engagements vis-à-vis de la structure qui m’emploie, les agissements répréhensibles ne sont pour moi pas concevables.

Dans ce contexte, à partir de l’épisode du Canard Enchainé je ne pouvais accepter que les choses restent en l’état. Par la suite, les faits s’enchainent comme suit :

–          J’indique à Mme Harry que je suis inquiet et que nous devrions stopper cette prestation

–          Je réussis à obtenir un premier accord de réduction du montant des honoraires

–          Ce léger succès est suivi d’une mesure inattendue : le 14 juin 2017, Mme Harry m’impose en effet la présence de Mme Salomon au Comex hebdomadaire, ce qui permettait à la fois à la consultante de justifier de 2 heures de « travail » par semaine et de me mettre sous surveillance !

–          Cette état de fait durera jusqu’au 9 octobre 2017, date à laquelle j’explique à Mme Harry qu’il est impossible de poursuivre, que Mme Salomon intervient de manière intempestive dans les débats, désorganise le fonctionnement du Comex, tout en se permettant une attitude désinvolte et sans faire l’apport de quelque valeur ajoutée ou compétence que ce soit.

–          Le 2.10.17 je dis à Mme Harry qu’il faut interrompre cette prestation couteuse et injustifiée, sans matérialité aucune : elle refuse en me répondant que tant qu’elle sera Présidente de la SPA, cette prestation continuera.

–          Arrive alors la date de renouvellement du contrat : je demande de saisir l’occasion pour résilier mais je n’obtiens qu’une réduction des honoraires mensuel à 6000 €/mois.

–          Je signale alors que si nous ne voulons courir aucun risque quant à la qualification de cette prestation nous devons impérativement mettre en place un suivi des temps et des travaux.

–          Je demande une nouvelle fois que l’on m’indique la nature de la prestation, Mme Harry ne sais pas me répondre et me renvoit sur la Directrice de la Communication pour trouver une définition de la mission et pour mettre en place le reporting afférent, ce qui démontre explicitement que jusqu’alors aucune définition de la mission n’existait, et qu’aucun reporting n’avait été demandé !

–          Je fais alors explicitement référence à des risques de soupçons d’emploi fictif, ce qui reste sans effet

–          J’intensifie encore la pression fin octobre 2017 à l’occasion d’une initiative de communication lancée par Mme Salomon, que je juge nuisible pour la SPA.  Une œuvre d’art, le Domestikator, a été exposée quelques temps devant Beaubourg. Cette œuvre est certes d’un gout douteux, la question de l’opportunité pour la SPA d’en parler se pose, mais Mme Salomon incite la SPA à réclamer le retrait de l’œuvre et à interpeller le Président de la République dans ce but !

–          A cette occasion la SPA se ridiculisera copieusement puisqu’au moment de cette communication, l’œuvre a déjà été démontée et est en route vers les Pays Bas !

–          en dépit de l’évidence du ratage de cette action, Mme Salomon estime qu’il s’agit d’un coup d’éclat dont elle est fière, et elle se permet de répondre avec une arrogance sans borne à mes commentaires sur ce fiasco médiatique, dont la réalité est, hélas, soulevée par le Parisien qui écrira le 24.10.17 : « Mais en fait, l’œuvre était déjà en cours de démontage au moment où la SPA publiait sa lettre ouverte au président de la République, au Premier ministre et à la ministre de la Culture. Comme prévu et sans aucun rapport. La Fiac s’est achevée dimanche soir, et les sculptures et pièces hors les murs installées depuis une semaine dans différents jardins et places de Paris sont toutes en cours de démontage. La SPA n’a découvert l’existence de l’œuvre que ce mardi matin ».

–          La coupe est alors pleine car la SPA s’expose à des risques d’image à cause d’une prestation qui n’apporte rien et d’une prestataire qui devient désormais nocive

–          Je ne peux m’empêcher de réagir vivement : j’écris à Mme Harry qu’elle va devoir choisir entre Mme Salomon et moi.

–          En réponse, Mme Harry balaie cela d’un revers de manche, me disant que c’est moi qui ai un problème…

–          La suite est à l’avenant : Mme Salomon est désormais définitivement renforcée dans son sentiment d’impunité puisque la présidente la défend quoiqu’elle fasse, elle va jusqu’à se permettre de répondre vertement au Secrétaire Général dans un email le 3.11.17.

–          Comprenant que je ne parviendrai pas à en appeler à la rationalité ou au professionnalisme pour stopper cette prestation, je décide d’agir à mon niveau lorsque l’on me demande de signer la demande d’autorisation de dépense (DAD) relative au contrat de Mme Salomon que Mme Harry a renouvelé contre mon accord et signé récemment à mon insu

–          Je constate en effet que cette prestation n’a jamais fait l’objet d’un appel d’offres, en complète contravention avec les procédures en vigueur à la SPA compte tenu du montant du contrat !

–          seul un simulacre de mise en concurrence a été réalisé en novembre 2016 par la Directrice de Communication, qui s’est contentée de contacter 2 agences autres que Image 7, agences dont le contact a été communiqué par … Anne Salomon elle-même, et dont l’une des deux ne s’est même pas donné la peine de répondre. Mme Salomon avait déjà démontré dans l’épisode du Canard Enchainé où se situait son niveau d’éthique, elle démontre aussi que pour elle la fin justifie les moyens et que le meilleur moyen de gagner est de choisir soi-même ses concurrents

–          Dans la mesure où la procédure d’appel d’offres n’a pas été respectée, je refuse de signer l’autorisation de dépense le 30.1.18, indiquant à la Directrice de Communication qu’elle devra demander au Bureau de signer, ce que Mme Harry fera elle-même dans la foulée…

Le cœur de ce qui nous préoccupe est en réalité une synthèse de tout ce qui  a été exposé : la prestation de Mme Salomon existe peut-être, mais pas pour la SPA. Elle sert les intérêts de la Présidente, ce qui alimente mes craintes et la nécessité que j’ai fini par éprouver de porter ce sujet à votre connaissance. Il existe une qualification précise pour ce genre d’agissement. Il pourrait s’agir :

–          soit d’un abus de biens sociaux si Mme Salomon est rémunérée par la SPA pour travailler pour le compte de Mme Harry,

–          soit d’un emploi fictif si la prestation est rémunérée au titre de travaux réalisés pour la SPA, ce que l’absence de suivi d’activité, de reporting et de traces concrètes de travail (rapport ou autres) rendent peu probables, l’envoi de quelques emails par mois ne constituant pas une preuve de réalité tangible, pas plus que leur contenu qui se contente le plus souvent d’enfoncer des portes ouvertes ou de commenter à titre non expert l’actualité de la SPA

Dans les faits, et dans la mesure où je n’ai jamais obtenu de preuves d’activités réelles, ce qui m’aurait paru légitime en tant que Directeur Général, j’ai fini par acquérir la conviction que Mme Salomon travaille pour partie pour Mme Harry et, pour l’autre partie est rémunérée pour une prestation qui ne revêt aucun matérialité ni réalité.

Par conséquent, je crains que Mme Salomon comme Mme Harry se soient mises depuis plus de 4 ans dans une situation  d’agissements délictueux.

Soulignons également que rien de cela n’aurait été rendu possible sans la coopération active et la complicité de la Directrice de la Communication, Géraldine Barral.

4)      Les représailles à mon encontre

A partir du moment où j’ai commencé à m’opposer à Mme Harry sur les sujets de communication en général et sur la prestation d’Anne Salomon en particulier, mes problèmes ont commencé. J’ai agacé en voulant réduire les dépenses de communication,  j’ai énervé en faisant part à Mme Harry de mes critiques sur la qualité insuffisante du travail de la Directrice de la Communication, et j’ai finalement exaspéré en voulant stopper la prestation d’Anne Salomon : tout cela a déclenché une réaction qui a dépassé ce que je pouvais imaginer, et pour cause.

Au regard des soupçons graves que j’évoque ce fait peut sembler anecdotique mais me parait révélateur d’un esprit et d’une dérive autocratique majeure : Mme Barral a été recrutée en mars 2015 en tant que Directrice du Marketing et de la Communication par Mme Harry, contre l’avis du cabinet qui avait été mandaté pour son recrutement. En réalité, loin de chercher une professionnelle du marketing ou de la communication, Mme Harry cherchait une personne influençable et manipulable, qui en l’échange d’une rémunération sans commune mesure avec son expérience, aussi inadaptée que jalonnée de trous et de zones d’ombre, allait jouer en toute fidélité le rôle d’exécuteur des basses œuvres. Mme Barral a passé le plus clair de son temps à surveiller tout le monde, en permanence, et à dénoncer les collaborateurs qui, à ses yeux devaient d’être sanctionnés.

J’avais confiance dans cette personne, jusqu’à ce que je comprenne par recoupements que tout ce que je disais était répété à Mme Harry. J’ai compris qu’elle appelait les uns et les autres dans le Réseau pour collecter de l’information, cherchant de l’information y compris sur les dossiers confidentiels qui ne la concernaient pas. En la personne de Mme Barral, Mme Harry disposait d’yeux et d’oreilles lui permettant d’exercer la surveillance que son manque de présence à la SPA ne lui permettait pas d’exercer en direct. Cette obsession de l’information et de la maitrise de l’information était nourrie par cette organisation et permise par cette relation de dépendance contraire à l’éthique professionnelle et incompatible avec un exercice serein et complet de mon rôle de DG, mais explique comment les prestations de Mme Salomon ont pu s’épanouir en toute discrétion : Mme Harry voulait la prestation, Mme Barral en validait les factures et tentait d’en défendre la légitimité, et Mme Salomon aidait Mme Barral à faire le travail que son manque de compétence ne lui permettait pas d’accomplir.

A partir de là, j’ai compris que j’étais sous surveillance rapprochée. Mme Harry a commencé à m’abreuver de reproches non étayés et me montrant que nous avions basculé sur un registre « personnel ».

Ce qui m’était reproché était le fruit d’une surveillance assez étrange et étroite, dont l’origine pourrait bien relever de la violation de vie privée. Je me suis même demandé si mon bureau n’aurait pas été sur écoute voir vidéo surveillé. Je dispose d’éléments d’information qui me laisse craindre que tel était en effet le cas.

Aujourd’hui, je fais l’objet de mesures disciplinaires visant directement à tenter de me faire taire, et dont voici l’historique récent, sachant que je suis le 3° Directeur Général sous le mandat de Mme Harry à faire l’objet d’une « perte de confiance », d’une surveillance intrusive et de manœuvres d’intimidation à des fins d’éviction :

–          Début janvier 2018 j’ai une discussion tendue avec Mme Harry

–          J’envoie alors un mémo visant à faire le bilan de mon action 2017

–          Au cours d’une réunion le 25.1.18 Mme Harry s’ingénie à contester toutes mes réalisations, allant jusqu’à m’accuser de m’approprier les réussites des autres. Elle me reproche mon « attitude » sans pour autant étayer, m’informant que ma rémunération variable allait s’en ressentir et m’informant que j’allais recevoir un courrier.

–          Le 5.2.18 je reçois en effet un email, m’enjoignant de changer d’attitude, me reprochant un manque d’implication dans mes dossiers, et allant jusqu’à me dire que je ne respectais pas mes horaires de travail, comme si j’étais un employé de bureau et comme si elle ignorait les termes de mon contrat de travail en tant que Directeur Général

–          Rien de tout cela n’était étayé de quelque manière que ce soit, mais je réponds de manière extrêmement détaillée le  6.12.18.

–          Je n’obtiens aucun retour suite à ma réponse, mais j’ai eu la surprise d’être convoqué le lundi suivant, 12.2.18

Je suis dans mon bureau, il est 12h30, la Présidente entre dans mon bureau pour me dire qu’elle veut me voir dans 15 minutes

–          J’indique ma surprise car cette réunion n’est pas prévue, la Présidente et le Trésorier me reçoivent et me font part de leur volonté de me voir partir, me proposant d’entrer en négociation.

–          Cette démarche est évidemment supposée être confidentielle, d’autant plus que je leur indique mon absence de volonté de partir et mon souhait de continuer le travail engagé

–          Toutefois, 30 minutes après notre entrevue la Présidente convoque mon Comex, à 13h30, pour les informer de mon absence jusqu’à nouvel ordre, invoquant à titre d’explication le fait que nous étions « en discussion ».

–          En clair, mon départ forcé a été annoncé au mépris des règles de droit du travail en vigueur, en violation des dispositions statutaires qui requièrent un avis du Bureau et une information du CA, et sans en tenir informé le Secrétaire Général qui est opposé à cette décision et absent de métropole à ce moment là

–          Dès le mardi 13, des décisions qui étaient de mon ressort ont commencé à être prises, ce qui indiquait que tout le monde à la SPA était au courant ;

–          le 14.2 une convocation est envoyée au Comex, dans le même esprit…

–          le 14.2 je rencontre le Trésorier à qui je fais part de ce que je pense avoir découvert, je lui indique que de moins point de vue il est concerné au premier chef, mais il me répond que non puisqu’il vient d’arriver. J’insiste en lui disant qu’à compter de ce jour il ne peut prétendre ne pas être courant puisque je viens de l’en informer.

–          Pour finir, vendredi 16.2, à 16h, je découvre que mon accès à ma messagerie professionnelle a été coupé, là encore en complète illégalité…

 En se laissant aller à ce genre d’agissements totalement irrationnels la Présidente de la SPA a perdu son sang-froid, toute capacité d’analyse, et a démontré son incapacité à mettre l’intérêt de la SPA en tête de ses préoccupations. Elle agit comme quelqu’un qui se sent en danger et pense qu’en écartant celui qui alerte elle fera disparaitre la cause de l’alerte.

 Au contraire, tout ceci ne fait que confirmer les craintes, les interrogations et les soupçons développés précédemment.

5)      Les suites

La première étape de l’alerte que j’ai lancée comprend l’ensemble des démarches que j’ai entreprises, aussi bien pour tenter de comprendre le rôle de Mme Salomon quepour tenter de stopper cette prestation lorsque j’ai eu le sentiment que le mode de réalisation pouvait être constitutif d’un délit.

Mme Harry a été mon interlocutrice dans cette phase, ce qui paraissait logique compte tenu de ma position hiérarchique.

Devant le refus d’écoute et l’obstruction de la Présidente, je me suis fait plus incisif mais sans succès.

 Je passe désormais à l’étape suivante, qui vous concerne.

En tant qu’administrateur vous êtes concernés au premier chef par les faits rapportés, et je sais que cela trouvera un écho chez vous puisque dès novembre 2016 Mme Van de Noort demandait par email des précisions concernant la prestation d’Image 7…

 Il relève de votre rôle, de votre devoir, d’instruire cette affaire avec la plus grand diligence. En effet, vous allez devoir sans délai faire la lumière sur ce dont je vous informe et ce d’autant plus rapidement que j’ai entrepris ou que je vais entreprendre les démarches qui relèvent de mes responsabilités :

–          Prise de contact avec la Cour des Comptes afin de voir si une transmission au Parquet de la Cour est souhaitable

–          Information du CAC concernant la possibilité de faits délictueux

–          Signalement éventuel au Procureur de la République

Il s’agit de démarches aux conséquences potentiellement extrêmement graves pour la SPA, dont l’image et la crédibilité pourraient sortir irrémédiablement entachées.

Afin de tenter de résoudre cela en minimisant les dommages, je ne vois que trois possibilités :

–          Soit vous révoquez sans attendre la Présidente afin de couper radicalement toute possibilité de continuation des faits évoqués

–          Soit vous la suspendez de ses fonctions le temps de mener les investigations nécessaires

–          Soit le CA démissionne en bloc afin de ne pas cautionner les agissements évoqués

Dans les deux premiers cas je suis bien entendu à votre disposition pour fournir les éléments de preuve. Tous les faits que j’évoque sont démontrables, je dispose des preuves écrites de tout ce que j’avance.

Cette démarche devra s’accompagner d’une suspension du Trésorier qui accompagne Mme Harry dans ses démarches et en est donc complice, même si sa connaissance de tout cela n’est que parcellaire, et de la mise à pied de Mme Barral afin d’empêcher celle-ci de dissimuler ou de faire disparaitre des éléments de preuve dans la mesure où elle est au centre du dispositif de gouvernance parallèle en vigueur à la SPA.

Ecarter Mme Harry sans délai semble indispensable tant elle a déjà démontré à maintes reprises son absence totale de scrupules lorsqu’il s’agit de sa gestion du Conseil d’Administration :

–          le petit arrangement qui a permis d’écarter le trésorier précédent du fait de son indélicatesse relative aux 12.000 € de frais kilométriques dont le remboursement avait été autorisé par Mme Harry bien que non justifié, ce qu’elle savait pertinemment, en est un première exemple ;

–          les termes fleuris qu’elle utilise oralement sans retenue, et occasionnellement par écrit, lorsqu’elle parle de certains administrateurs en est une autre illustration ;

–          la manipulation à laquelle elle s’est livrée pour empêcher Mme Ciria d’entrer au CA, ce qui lui revenait de droit, pour faire entrer M. Henry après l’avoir fait adhérer à la SPA quelques semaines auparavant afin d’être éligible et de devenir Trésorier est une autre illustration de la considération portée au respect de la vie démocratique du CA.

Pour l’ensemble de ces raisons, je pense que vous devez vous interroger sur la confiance que vous pouvez avoir en Mme Harry, qui manipule le CA dans un seul intérêt : le sien.

Sauver la SPA des tumultes à venir passe par son départ.

 Vous préserver vous-même des mises en causes personnelles futures passe également par un vote de défiance de votre part.

 Ne pas le faire reviendrait à cautionner les pratiques décrites et pourrait être interprété comme de la complaisance, voire comme une certaine forme de complicité si les délits potentiels étaient avérés, sachant que leur montant équivaut au budget de fonctionnement du refuge des chiens difficiles dont la réalisation a été différée pour raisons… budgétaires…

 Restant à votre disposition, je vous prie de croire en l’assurance de mon profond dévouement.

 Joël Pain « 

12 pensées sur «Le directeur Général de la SPA de PARIS remet en cause la gestion de sa présidente Natacha Harry !»

  1. Les grosses associations qu’elles défendent les humains ou les animaux sont gangrénées par l’appât de l’argent et/où du pouvoir.
    Tout cela aux dépens des animaux dont ces personnes n’ont rien à faire.
    Conclusion : arrétez de faire des dons à ces grosses associations et privilégiez les petites associations locales qui se limitent avec raison et font ce qu’elles peuvent avec ce qu’elles ont.

  2. j’ai bien compris, depuis qq années déjà, le fonctionnement de cette grande Entreprise qu’est la SPA, depuis j’aide les petites associations qui font un travail formidable et qui ont beaucoup de mal à s’en sortir.

  3. Bonsoir les grosses associations s’engraissent sur le dos des animaux , ces personnes n’ont rien à faire dans ce milieux , donner jamais aux grosses associations , mais à certaines petites qui se battent corps et âmes pour les sauver avec de petits moyens Je me suis toujours poser la question POURQUOI SPA , REFUGE, il n’y a pas de contrôle certain sont des mouroirs et se complaisent a faire des EUTHANASIE , certaines ne les laisse pas ADOPTER pour garder l’argent des personnes qui les parraines CES QUOI CE TRAFIQUE MERCI DE METTRE UN TERME A TOUT CETTE MALTRAITANCE ENVERS LES ANIMAUX , NE VOUS METTEZ PAS DES PEAUX DE SAUCISSONS DEVANT LES YEUX

  4. et dire que demain il y a une réunion skype obligatoire pour tous les refuges…. Se sera encore et encore écouter des discours hypocrites et mensongers..Quelles justifications va t’elle apporter ?
    « Bravo pour votre travail, vous êtes super etc…. » va t’elle verser une larme comme à chaque fois ??
    Alors que tout pousse les gens de terrains à se rendre compte qu’ils sont méprisés et utilisé à des fins personnelles d’image médiatique et de gloire….
    Ne voit elle pas que les salariés en ont marre des scandales et d’un mode de fonctionnement basé sur la terreur et la crainte des sanctions de la part d’un service RH dépassé et incompétent à la botte de Mme ..
    Rien n’est fait pour la réalité du terrain, salaires de misère pour les agents animaliers qui se cassent le cul..
    Tout va dans la communication ou dans des investissements couteux et tape à l’œil (Maison SPA et surtout Grand Refuge)..
    Regardez les tous ces cadres au siège payé plus de trois fois les agents de terrain et qui n’ont jamais mis les pieds dans un refuge, qui ne se sont jamais pris la tête avec des personnes maltraitants ou abandonnant…, ah oui la soupe est bonne à la spa !!!! quelle mauvaise utilisation de l’argent des donateurs…
    Mais rien ne changera jamais , c’est malheureusement structurel… les élections sont une farce… les salariés payés 1200 euros devraient se révolter

  5. mauvaise gestion depuis sa presence de plus ne repond jamais a nos courriers ancien menbre depuis72 javais cree une section de jeune de la spa avant de partir au sevice delegue enqueteur dans loise nous edependions du siege depuis le rattachement au refuge de compiegne des problemes moi et un autre enqueteur nous avons ete remercier annulez notre role enqueteur cas nous allions pas au refuge les aidez comme benevole je suis a 1h demi de route et plus de 110 km voiture sans permis nous avons envoyer differents courriers aux service enquete et md la presidente sans reponse ilya plus de4 moi

    • Je suis aussi délégué enquêteur SPA bénévole depuis plusieurs années, je confirme que cela va de mal en pis, nous sommes mal considérés, résultats d’enquêtes non suivis, pour la moindre demande d’explication on nous répond sur un ton déplaisant, c’est bosse et « ferme la ». J’ai déjà été menacé d’être viré, pour simplement avoir donner une idée afin d’améliorer un peu le système en place dans le but du bien être des animaux. L’ambiance est catastrophique. Lors d’enquêtes nous avons affaire à des individus agressifs, il y a des risques, mais aucune reconnaissance de la direction du conseil d’administration qui prend des décisions sans logique et toujours injoignable.

    • bonjour, un nouveau scandale ébranle la qualité de présidente de Mme Harry, elle est en train de licencier une directrice, renommée, humaine aussi bien avec les personnes travaillant au refuge que ses animaux, pour des raisons bien fallacieuses après 20 ans de bons et loyaux services, elle est remercié sur un vice de procédure, mais elle ne mérite pas cela, pas après tout ce que j’ai pu lire sur elle, que peut on avoir comme action pour stopper cette hémorragie de gens responsables et honnêtes ne correspondant pas aux critères de Natacha Harry

  6. Pingback : Nous n’avons rien à voir avec la S.P.A de Paris – SPA de Chartres

  7. Ayant lu à plusieurs reprises des commentaires négatifs concernant la gestion de la SPA nationale, cette fois ci entre les salaires mirobolants des directeurs, assistants etc..ce n’est pas étonnant que nous les bienfaiteurs selon nos moyens sommes toujours sollicités et de plus en plus.N’ont ils pas honte de vivre au crochet de nos animaux dont la situation ne change pas?Jusqu’a ce jour, je donnais mais je ne donnerai plus, de toutes manières qui empochait?Mon idée pour que toutes ces escroqueries cessent est de nommer des bénévoles aux postes de direction.Ça ne va pas se bousculer au portillon, n’est ce pas.Tout est bon pour se faire de l’argent sur le dos des uns et des autres.Mais la cour des comptes ne peut elle pas intervenir?

    • Mcl CECCONI : le bénévolat a ses limites, puisque dans le cas qui nous occupe, Mme Natacha Harry ne communique jamais sans rappeler qu’elle est « bénévole », ce que n’est pas le DG.
      Le problème est plutôt l’absence de contrôle effectif. « Normalement », la présidente ne devrait pas se comporter ainsi car elle devrait être sous le contrôle du conseil d’administration, qui est probablement fantoche. Combien de personnes votent aux AG de la SPA, et savent pourquoi elles votent? Je n’en sais rien, je ne suis pas adhérente, n’ai jamais été bénévole non plus.
      La seule solution serait qu’un maximum de personnes qui se sentent impliquées (les bénévoles qui se sentent méprisés, etc) adhèrent à la SPA, se rendent aux assemblées générales et entrent au conseil d’administration. Ces problèmes se produisent parce que les « petites mains » qui font le travail ne s’impliquent pas dans les organes de pouvoir. L’association appartient à ses adhérents, à eux d’assumer leurs responsabilités quand ils délèguent la direction de l’association.

Laisser un commentaire