Avec l’annuaire de la Protection Animale, faites le tour de France des SPA !

La ou les SPA ? Faudrait savoir !

spatourLe 30 juin 2017, après avoir prononcé le texte « Non, Madame Harry, Les autres SPA de France ne sont pas des parasites ! » à l’assemblée générale de la Société Protectrice des Animaux à Paris, Eric Gaftarnik, le secrétaire général de  « la SPA » et Natacha Harry sont venus discuter avec moi. Le premier a tenté de m’expliquer qu’il fallait arrêter d’ « être parano avec les histoires de conflits d’intérêts », la seconde a cherché à me faire comprendre que le sigle « SPA était une marque » que seule l’association de Paris avait le droit de l’utiliser…

Je ne me suis pas emporté. Je dois même avouer que je les ai félicités car dans la nouvelle SPA de Paris, il y a des points positifs qu’il ne faut pas nier. Pour la volonté de former les salariés, un « bravo » ! Pour le site internet, les affiches et les photos, un « chapeau » ! Pour l’intérêt du secrétaire général pour le sort des animaux de rente, un « enfin » ! et pour la volonté de mieux accueillir les chevaux, les chats et les chiens, un « très bien » ! Sur ces points, certains refuges indépendants ne peuvent que prendre exemple car il n’y a pas de honte à se moderniser. Mais pour le reste, nous étions loin de repartir, bras dessus, bras dessous, comme si de rien n’était…

Je suis sorti de la en sachant que les actuels dirigeants de « la SPA » et moi avions un désaccord profond sur ce qu’était une association et sur un point essentiel pour l’avenir de la protection animale :  permettre aux SPA des autres villes d’exister ou non. Car pour nous, au JPA, la SPA n’est pas une marque, c’est une idée !  Et rien, ni personne, n’a le droit d’affirmer être la seule SPA digne de ce nom !Il vous suffira de nous suivre dans les mois qui viennent dans notre tour de France des SPA pour le comprendre…

Alain Lambert

Responsable de la rédaction du JPA

FaudraitSavoir2